Vers la phase 3

Chers Équipières et Équipiers,

Voici 20 mois, nous lancions le projet ESDAC, Les Équipes, quelle proposition pour aujourd’hui ? Se profile maintenant la phase trois de cette démarche, celle du « Comment ? », plus concrète, mais qui supposait la prise de conscience de notre identité et l’écoute de l’appel qui nous est adressé.

Quel chemin parcouru, malgré la pandémie ! Il y a eu l’information, les trois réunions d’équipe, puis Banneux, étape importante, quoique trop brève. Deux jours pour répondre aux deux questions essentielles : Qui sommes-nous ? À quoi sommes-nous appelés ? Après l’expérience riche, forte et parfois tumultueuse de ce week-end, il fallait laisser reposer les choses, continuer à se parler pour pouvoir dépasser nos peurs et accueillir ensemble la paix et la joie qui confirment tout discernement vécu au souffle de l’Esprit Saint.

Notre démarche a abouti – et ce n’est pas banal – à confirmer notre désir, comme mouvement, de vivre notre ancrage dans le mariage chrétien dans l’accueil et l’ouverture. Nous avons pris conscience de la tension constitutive de toute vie comme de tout mouvement. Il s’agit, pour les END, d’assumer celle entre identité et ouverture[1], entre fidélité à notre « charisme » et ouverture à chacun dans le respect de son histoire, de celle de son couple et de celle de l’équipe. Cette ouverture suppose un discernement constant, à la lumière de l’Évangile. Elle ne change pas notre identité, mais enrichit notre histoire.

Les END[2] sont un mouvement de spiritualité conjugale[3], un chemin, nourri par l’Évangile et fondé sur la personne du Christ, en communion avec l’Église[4], enraciné dans la prière, en phase avec le monde d’aujourd’hui. Il s’adresse aux couples désirant vivre dans la durée et la fécondité[5] et développe une spiritualité ancrée dans le mariage chrétien[6]. Les membres cheminent en petites équipes accompagnées d’un conseiller spirituel, lui-même membre de l’équipe. Elles sont des petites cellules de fraternité, des lieux de croissance humaine dans la foi, où l’on s’écoute et partage dans le respect mutuel.

La démarche de Banneux a abouti à préciser l’appel qui est adressé aujourd’hui, aux Équipes Notre-Dame de Belgique :

• Nous aimer de mieux en mieux, fidèles à notre engagement à suivre le Christ dans notre couple ;

• Accueillir les couples qui désirent vivre du charisme des END, à savoir :

La spiritualité conjugale puisant sa source dans le sacrement du mariage ;

– Le cheminement en couple et en équipe vers la sainteté.

• Accueillir les demandes d’autres couples désirant cheminer dans la durée et dans la foi, et discerner ensemble les lieux de croissance adaptés (END ou ailleurs).

• Dépasser nos peurs et nos doutes, aller en confiance à la rencontre de l’autre dans un langage renouvelé, guidés par l’Esprit Saint dans le monde d’aujourd’hui.

• Rayonner de la joie de notre couple  en nous engageant au service de l’Église et du monde dans la créativité missionnaire.

L’Equipe nationale avec l’Equipe porteuse ESDAC


[1] Trop d’identité serait de l’identitarisme, trop d’ouverture, une fuite en avant, nous a dit en substance le cardinal De Kesel lors de notre visite du 20 octobre 2021.

[2] Le père Henri Caffarel en eut l’intuition à la demande de quelques couples, en 1939

[3] Un mouvement non pas d’action, mais d’actifs.

[4] Le conseiller spirituel, en général prêtre, en est le signe.

[5] Quelle qu’elle soit.

[6] L’Église catholique considère le mariage chrétien comme un sacrement.